• Un cheveu rencontre un...

    Un cheveu rencontre un poil sur un oreillé.
    _Oh bonjour, tu viens d’où toi, je ne te connais pas? D'habitude il n'y a que mes semblables sur "mon" oreillé, alors dis tu viens d’où et tu appartiens à qui? Moi tu sais, j’appartenais à Izidor.Il est gentil Izi mais, il passe sans cesse ses gros doigts sur ma base. Enfin c'était ma base maintenant, je ne suis plus rien et tu sais ce qui me fais de la peine? Ben c'est qu'Izi,il s'en fou de m'avoir perdu.


    J'ai tant de peine moi j'étais bien avec mes milliers de frères,eux aussi, ils vont m'oubliés...Certains vont mêmes finir ici  ou dans le lavabo, c'est terrible de les voir tombés par dizaine. Tu sais quoi! Izi il a des trous sur sa base et tu sais...ben lui, il ne voit rien. Avant que je tombe,je me trouvais au-dessus de beaucoup enfin de beaucoup faut le dire vite, mes frères sont tombés laissant place net à "Rien".


    Izi sifflote en se mirant dans le miroir...faudrait qu'il jette un regard derrière, j'aimerai qu'il le fasse avant que je disparaisse et oui mon vieux...l'Izi il va nous secoués et crois moi pour rester accroché à ce foutu oreiller qui se laisse molester ainsi ben faut de la force et un moral de feu des euhhh. J'allais dire, j'allais dire...


    _Ouais, je sais ce que t' allais dire le cheveu. Avec vous, c'est toujours pareil, on ne peu en placer une, d'ou je viens? Tu veux vraiment que je te le dise le cheveu? Ah non! Laisses moi parler, c'est à mon tour. Voila, voila mon histoire. Est ce que tu vas l'aimer? Hummm on verra bien, moi, j'y suis pour rien après tout. Izi il a acheté un truc en plastic et hier soir, il était tout droit et le truc en plastic, ben...il le frottait, il le frottait avec beaucoup d'entrain.


    Puis, Izi est devenu tout mou. Il a prit l'oreiller qui lui ne voulait pas participé à cette drôle de danse mais Izi est très fort...alors l'oreiller ben il a perdu et moi aussi. J'étais un beau poil de... et me voila...Tous ça à cause d'un fichu truc en plastic. Je t'en donnerai moi de truc en plastic et la planète alors?



    _Dis, tu crois que l'à d'ou tu viens, il n'y aura bientôt plus de poil attacher à la base?
    _Ouais j'en suis sûr. Il frotte trop fort l'Izidor, déjà que j'ai perdu comme toi plein de frères et de petites soeurs. Izi il va finir chauve des deux côtés...bien fait pour lui. Euh à part ça, s'il secoue l'oreiller, tu permets que je m'accroche à toi? J'ai pas envie de voir le parquet,il parait qu'il y a un monstre qui traîne dans le coin et qui nous engloutit avec avidité.


    _ Ben un poil de ... accrocher à un cheveu même long ça fait pas mauvais genre?
    _Oh bégueule,on n'a pas la même couleur, je veux bien le reconnaître mais quand même...on est pote de galère quoi! On est même frère si tu veux bien m'entendre...On vient bien d'Izidor nous deux alors on doit s'accrocher et espérer...c'est tous ce qui nous reste grand-frère, ben oui vu ta taille t'es plus grand que moi mais moi, j'ai un petit plus...je peux t'entortiller. Alors on s'agrippe ensemble?


    Oh la vache, l'Izi il nous a prit de vitesse,il secoue trop fort, je vais lâcher prise, adieu ade...ad... Le poil tomba, cheveu s'accrocha mais une main velue apparut des poils hurlèrent,il est ou notre frère?
    _Argrrr cria cheveu, c'était pas un poil de ... c'était pas un faux frère...non un poil fidèle tomber par manque de frisottis,la main baleya avec vigueur cheveu qui à son tour, dégringola par terre.


    Il retrouva le poil.
    _Dis voir pourquoi tu m'as laisser te traiter de poil de ...?
    _Ben, comme ça t'avais de quoi dire et puis tu m'aurais laisser parler si je t'avais dit que j'étais juste un petit poil de main?
    Ah la discrimination elle est partout, tu ne crois pas?



    _Euhhh Argrr regarde...ça c'est le monstre,on est foutus tous les deux on est pareil,regarde,il arrive,le monstre goba tous les deux sans état d'âme,poil ou cheveu, c'est du pareil au même,moi l'oreiller,je me garde de jugé après tout...qui suis-je pour le faire hein! Excusez-moi,une autre nuit approche. Izidor s'endort, j'écoute les histoires qui s’enchaînent et les cris de désespoirs de ceux  qui s'accrochent à moi.

    Bonne nui, garder au chaud vos cheveux et vos poils après tout...ils sont à vous.
    y.l.
    Sur une idée de Pascal Perrat.

    756 mots, 23 mars 21.
    « L'homme au crayon derrière l'oreille...Je me demandais... »
    Yahoo!

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :